A+ A A-

Edito de Janvier 2019

 

Soyons des acteurs positifs de l'année 2019 !

Il doit y avoir au moins dix ans que j'ai célébré leur mariage. Ils ont eu, depuis, deux enfants, une fille puis un garçon, que nous avons, à chaque fois, « présentés à Dieu » lors de belles célébrations dans une des églises de la Guillotière, auxquelles ils avaient largement convoqué parents et amis. Lui est d'origine tunisienne, et un musulman très ouvert. Elle est d'une famille française et catholique également très ouverte. Ils sont aveugles tous les deux. Ils s'aiment passionnément, signent d'ailleurs toujours par « les poissons amoureux » (!) leurs messages communs. L'un et l'autre ont des emplois liés à l'insertion sociale. Le sport est un des carburants de leur existence. Elle a participé à des compétitions internationales de natation, tandis que lui a fait longtemps du football dans une équipe de non-voyants (leur ballon est équipé de grelots pour que les joueurs le repèrent à l'oreille !). Je les ai toujours vus heureux et, surtout, aimant partager leur goût de la vie, ce qu'ils savent faire à merveille.

Pour toutes les fêtes, qu'elles soient chrétiennes ou musulmanes, ils envoient des messages toujours très pensés et profonds, que lui, Sami, dicte à son ordinateur. Celui reçu à Noël ne dérogeait pas à cette règle. Il commençait ainsi : « Salam aleikoum ! Salut à toi qui fais partie de ma famille de cœur. Noël est de retour. Enfin ! Quelle grande et belle bouffée d'amour, de paix, de joie ! Comme cela fait du bien de poser un peu ses lourdes valises pleines de tracas, de soucis, de problèmes, de tensions, de conflits, de colères, de rages, de peines, de violences, de haine, de vides vanités ! Je pose donc un peu ces vieilles valises et je vis Noël. Je vis Noël et je revis. Je vis Noël et je pense à toi. Je pense à toi pour te demander pardon de ne pas l'avoir fait avant, de ne pas l'avoir fait souvent et de ne pas l'avoir fait mieux. Je pense à toi pour te dire merci d'être toujours avec moi ou en moi, d'être de ma famille, d'être toi et de me rendre encore plus moi ». Le message était plus long, de cette même densité et beauté que chacun peut juger.

Ces derniers jours, visitant une vieille et chère tante à l'hôpital gérontologique de Fourvière, j'observais le travail des médecins, infirmières et infirmiers, aide-soignantes et aide-soignants. La plupart montraient  beaucoup de gentillesse, de délicatesse, de prévenance. Une jeune aide-soignante m'a particulièrement impressionné. Elle avait été appelée pour aider à se laver une personne qui avait eu des ennuis intestinaux, travail ô combien ingrat et pénible. Le temps que j'ai pu la voir, elle n'a perdu à aucun moment son sourire, n'ayant que des mots gentils pour la personne embarrassée.

Ce sont ces « tableaux vivants » qui me viennent à l'esprit alors que je veux vous adresser, à chacun et chacune, mes vœux les meilleurs pour l'année qui commence. Ces « gens positifs » sont ceux qui portent et sauvent le monde et, Dieu merci, ils sont nombreux sur la surface de la Planète ! Nous avons plus que jamais besoin d'eux. Car 2019 s'annonce pleine d'incertitudes et de dangers. Notre pays connait des conflits sociaux difficiles, avec un grave rejet de nos institutions politiques représentatives. Un peu partout dans notre continent se lèvent des courants populistes radicaux, qui peuvent, dans les prochains mois, casser l'unité européenne qui nous a offert plus de soixante-dix ans de paix. Ailleurs dans le monde, des chefs d'État soit incompétents soit imbus de leur pouvoir, se trouvent à la tête de grandes ou moyennes puissances et nous font frôler chaque jour la catastrophe. Au cœur de cette dure réalité, nous avons nous aussi à être des acteurs positifs. Souhaitons-nous de savoir nous montrer à la hauteur de ce défi !

Christian Delorme